⟵ Retour

Le Conseil parisien de l’urgence climatique salue l’engagement des acteurs de la finance durable parisienne

Le Conseil parisien de l’urgence climatique salue l’engagement des acteurs de la finance durable parisienne et souhaite que la Ville de Paris s’engage  pleinement pour faire de Paris la capitale de la finance verte.

Vendredi 29 novembre se tient à Paris le Climate Finance Day, une conférence internationale organisée par les acteurs financiers de la place de Paris qui, année après année, positionne Paris comme une place majeure de la finance verte.

Il n’y a pas de ville-monde sans place financière de premier plan, mais la finance dont nous avons besoin à Paris, la finance que nous voulons, ce n'est pas celle du 20e siècle court-termiste et spéculative. Il faut construire à Paris la finance du 21e siècle, la finance du futur, une finance qui nous aidera à répondre aux immenses enjeux de l’urgence climatique et d’une transition écologique juste et pérenne.

La Ville de Paris doit être un acteur clé de cette évolution. Elle a les moyens de soutenir, d’inspirer, de catalyser l’action des acteurs privés. Elle peut le faire notamment à travers les trois axes suivants : un signal clair grâce à un budget cohérent avec les engagements climatiques de la Ville ; la mobilisation de financements innovants ; le soutien aux acteurs privés pour faire de Paris la capitale de la finance verte.

D’abord, la Ville doit être exemplaire dans le pilotage de ses dépenses, de ses investissements et de son endettement. Nous avons proposé qu’un chiffrage carbone détaillé du programme municipal soit publié en même temps que son cadrage financier, et que le budget de la Ville soit associé tous les ans à un budget carbone. L’endettement financier de la Ville doit servir en priorité à investir pour réduire notre dette environnementale.

Ensuite, Paris a besoin dinvestissements massifs pour accélérer la transition et rendre notre quotidien plus agréable : pour la rénovation thermique des bâtiments publics et privés, pour mieux organiser le tri et la valorisation des déchets, pour multiplier les bornes de recharge électrique pour les véhicules, pour transformer notre modèle alimentaire et pour créer plus d’espaces verts. Il est indispensable de mobiliser les acteurs privés de la finance pour mener à bien ce programme d’investissement, afin de trouver les meilleures solutions permettant de ne pas aggraver la dette de la Ville. Nous souhaitons explorer par ailleurs la possibilité ouverte par le Label Bas-Carbone, lancé récemment par le gouvernement, pour créer un fonds de compensation carbone au sein duquel les entreprises parisiennes pourront compenser une partie de leurs émissions en finançant des projets de réduction d’émission de CO2 dans la capitale.

Enfin, nous avons la chance de bénéficier à Paris dacteurs en pointe sur la finance durable que beaucoup nous envient. Pour autant, la compétition internationale s’accélère. Il faut poursuivre les efforts pour faire de Paris une place financière verte. A l’instar de ce qui a été fait à Londres, nous proposons de travailler avec tous les acteurs pour créer à Paris un grand Institut de la Finance Verte, qui regrouperait des initiatives de recherche, des travaux de réflexion sur les standards de marché, mais aussi un incubateur de « fin-techs ». Ce serait un symbole fort, preuve que la finance peut devenir un outil essentiel au service de l’interêt general et de notre planète.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour la mesure d'audience (en savoir plus).
OK