Propreté

Nos propositions clés

➡️  Une priorité pour les 100 premiers jours du mandat : la propreté.

➡️  2 000 agents supplémentaires dédiés à la propreté de nos rues, dont 1 000 managers de rue.

➡️  Doubler le taux de recyclage à Paris d’ici 2026.

Notre diagnostic

👉 Le bilan de la mairie actuelle est désastreux :

La propreté est devenue l’une des  premières préoccupations des Parisiens, tout simplement parce que la ville est sale : trottoirs souillés, dépôts sauvages d’ordures, vieux matelas à même le sol, odeur d’urine dans les rues, rats dans les jardins et les parcs, punaises de lit, etc.

Les faits parlent d’eux-mêmes : 

🔹 La Ville de Paris est perçue comme étant de plus en plus sale par les Parisiens, qui, année après année, expliquent qu’ils ne sont pas satisfaits de l’action de la mairie. 

🔹 Les Parisiens ne sont pas les seuls à avoir un ressenti négatif sur la propreté de la ville : une étude menée auprès de touristes de douze nationalités différentes a souligné qu’environ 10 % considéraient que la saleté était une « raison très importante » de ne pas revenir à Paris.

Plus qu’une question de moyens, c’est une question d’organisation, de volonté et de gouvernance.

🔹 Aujourd’hui, il faut mobiliser plusieurs services administratifs pour nettoyer un pied d’arbre. Un premier pour ôter la grille, un second pour nettoyer, un troisième s’il faut des petits travaux de voirie autour.

🔹 Aujourd’hui, vous avez plus de 10 échelons administratifs de l’agent qui manie le balai au Maire de Paris ! 

🔹 Aujourd’hui, les agents se plaignent de la désorganisation et des dysfonctionnements. Ils le disent eux-mêmes : « les ordres et les contre-ordres sont importants ».

👉 La saleté entâche la réputation de Paris : 

La saleté est considérée par les Parisiens, les commerçants et les touristes français ou étrangers comme un véritable repoussoir. C’est l’image de Paris qui est mauvaise en raison du manque d’hygiène de la ville. Ce n’est pas acceptable !

👉 La gestion des déchets à Paris est un enjeu écologique de première importance :

Plus encore, la gestion des déchets est un défi environnemental : aujourd’hui, moins de 20% des déchets parisiens sont recyclés, le reste est principalement incinéré. Paris a un taux de recyclage bien inférieur à la moyenne française. 

Nos propositions

Notre ambition, c’est de rendre aux Parisiens la fierté de vivre dans une ville propre. Nous voulons conduire la politique de propreté au bon niveau et en phase avec la vie des Parisiens. Paris et les agents de la propreté de la Ville méritent qu’on innove et qu’on modernise les moyens consacrés à l’hygiène et à la propreté. Il n’y a pas de petites missions, de petits sujets pour le Maire de Paris : la propreté est essentielle. 

👉 Une priorité pour les 100 premiers jours du mandat : la propreté

Compte tenu de l’état d’urgence dans lequel se trouve la Ville, il faut que nous apportions des solutions rapides à mettre en œuvre, et efficaces dès les 100 premiers jours.

1️⃣ Nous lancerons une grande opération « ville propre » à notre arrivée. Nous mobiliserons notamment les agents de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection pour mener une politique de sensibilisation et de verbalisation massive. 

2️⃣ Nous lancerons un grand plan de lutte contre les rats. Nous multiplierons par 3 le budget alloué par la Ville à la dératisation et nous mènerons cette lutte quartier par quartier en nous appuyant sur les signalements des habitants.

3️⃣ Nous lancerons une grande opération de nettoyage pour débarrasser Paris de ses tags. Enfin, nous intensifierons les contrôles des chantiers à Paris. 

4️⃣ Nous investirons massivement dans l’équipement de nettoyage des agents. Dès notre arrivée, nous réorienterons 5 à 10 millions d'euros des crédits de l’année vers l’investissement dans la propreté pour équiper les agents d’aspirateurs pour les trottoirs ou de machines laveuses-aspiratrices. 

5️⃣ Nous lancerons un appel public à expérimentation, pour de nouvelles toilettes publiques innovantes.

6️⃣ Nous lancerons un chantier RH avec les agents de la propreté pour revoir les horaires de travail des agents affectés au nettoyage des rues, de manière à avoir des agents le soir, jusqu’à 20 heures et au-delà. A nous de nous adapter aux horaires des Parisiens et à l’évolution des usages. Aujourd’hui, les rues se salissent trop vite en fin de journée. 

7️⃣ Nous créerons un opérateur municipal de lutte contre les nuisibles (rats, punaises, blattes...). 

🔹Comment ? Les brigades que nous créerons réaliseront en priorité leurs interventions pour les Parisiens, gratuitement pour les familles les plus modestes ou en s’alignant sur les prix les plus bas du marché pour les autres. Cet opérateur n’utilisera que des produits sans danger pour la santé des habitants. Nous demanderons également aux bailleurs parisiens d’allouer chaque année 5 millions d'euros à la lutte contre ces punaises, tant qu’elles n’auront pas été éradiquées du parc social.

👉 2 000 agents supplémentaires déployés sur le terrain :

Nous mènerons 3 chantiers de grande ampleur qui produiront leurs effets à partir de 2021. Ces chantiers doivent permettre de remettre des moyens sur la propreté et d’améliorer le quotidien des agents, qui ne cessent de nous alerter sur les conditions de travail, la désorganisation et le manque d’effectifs.

1️⃣ Nous spécialiserons les agents de la Ville sur le nettoyage des rues, en déléguant l’intégralité de la collecte des ordures ménagères au secteur privé. Cela devrait permettre de redéployer 600 à 700 agents sur le nettoyage. 

🔹Comment ? Le premier avantage, c’est de permettre aux agents de la Ville d’être plus efficaces. Aujourd’hui, les agents de la Ville, qui sont levés quand tant d’autres dorment, enchaînent dans la même matinée la collecte des ordures, puis le nettoyage des rues : c’est épuisant et inefficace. Le deuxième, c’est de pouvoir disposer d’une organisation cohérente de la collecte à Paris, et de sortir de ce découpage archaïque et inefficace. Le troisième, c'est que cela permettra à la ville de faire des économies, sans que cela coûte un seul euro aux Parisiens.

2️⃣ Nous poursuivrons les efforts de recrutement, avec l’ambition d’embaucher 300 agents supplémentaires d’ici la fin de la mandature.

3️⃣ Nous déploierons 1 000 managers de rue dans les arrondissements. Comme nous déconcentrerons une partie des compétences de la Ville au niveau des mairies d’arrondissement - propreté, voirie, espaces verts -, il faudra donner aux maires les moyens financiers et humains d’agir. Le maire d’arrondissement ne peut pas être partout dans les rues pour identifier les problèmes et piloter les équipes. Ce sera le rôle du manager de rue.

🔹Comment ? Ces managers de rue auront plusieurs missions : patrouiller pour signaler les problèmes liés à la propreté, à la voirie ou aux espaces verts, coordonner l’action locale des différentes directions ainsi que celles des autres acteurs de l’espace public, aller à la rencontre des habitants et des commerçants, afin d’entendre leurs préoccupations et recréer une relation de proximité au sein des quartiers.

🔹Ils pourront être identifiés par leur nom, ils seront reconnaissables par leur tenue et les Parisiens pourront les contacter directement par téléphone ou via l'application smartphone unique que nous développerons.

4️⃣ Nous lancerons dès la première année un grand plan d’amélioration des conditions de travail et des perspectives de carrière des éboueurs de la Ville. Vous ne pouvez pas passer des décennies dans les rues, sauf à finir physiquement brisé. Il faut que la Ville offre de vraies perspectives d’évolution et une deuxième carrière dans d’autres services de la Ville.

5️⃣ Nous déploierons massivement les nouveaux policiers municipaux et la vidéo-protection dans les rues pour aider les agents de la propreté au quotidien. 

👉 Doubler le taux de recyclage à Paris d'ici 2026 : 

Les enjeux autour de la propreté et de la gestion des déchets ne se résument pas à la seule question de la propreté dans l’espace public. Il faut considérer toute la chaîne, et pas seulement le maillon central, lorsqu’un emballage se trouve dans sa poubelle. Il faut surtout changer nos habitudes, et continuer à produire moins de déchets. 

1️⃣ Nous souhaitons que la Ville soit un acteur exemplaire de l’élimination du plastique et de la lutte contre le gaspillage, en introduisant systématiquement des obligations de résultats dans ses achats et cahiers de charges et en modifiant les pratiques de l’ensemble de ses services. 

🔹Comment ? Cela signifie la suppression des plastiques à usage unique ou éphémère, la lutte contre le gâchis alimentaire dans les cantines ou encore la réutilisation et le réemploi des équipements et mobiliers de bureaux et des écoles.

2️⃣ En amont, nous travaillerons avec les commerçants et les grands acteurs privés pour les inviter à réduire la quantité de déchets et d’emballages

🔹En ce qui concerne les grandes entreprises, nous utiliserons les possibilités ouvertes par la loi Alimentation pour dénoncer d’éventuelles mauvaises pratiques (« name and shame ») et surtout pour les encourager à faire de Paris le laboratoire de l’innovation en matière de recyclage.

3️⃣ Nous soutiendrons les acteurs de la lutte contre le gaspillage, notamment ceux de l’économie sociale et solidaire : recyclage des invendus grâce à des plateformes de mise en relation, soutien des restaurants solidaires, coopération renforcée avec les recycleries qui offrent une deuxième vie aux produits…

4️⃣ Nous accompagnerons les copropriétés qui ne disposent pas encore de poubelles de collecte pour le papier, les emballages et le verre, afin de les aider à aménager des locaux où mettre ces poubelles.

5️⃣ Nous lancerons le remplacement de toutes les corbeilles de rue pour améliorer le recyclage en généralisant les poubelles de tri sélectif dans l’espace public, qui soient évidemment inaccessibles aux rats. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour la mesure d'audience (en savoir plus).
OK