Logement

Nos propositions clés

➡️ Nous aiderons les classes moyennes à devenir propriétaires à Paris. 

➡️ Nous remettrons sur le marché les logements vacants ou sous utilisés.

➡️ Nous atteindrons 25 % de logements sociaux en 2025.

Notre diagnostic 

👉 En un mandat, Paris a perdu l’équivalent de la population du 9e arrondissement ! La première cause de départ ? C’est d'abord le logement. 

Les prix de l’immobilier ont été multipliés par 4 depuis les années 2000. A plus de 10 000 €/m2, acheter un appartement est devenu quasi-inaccessible pour les familles qui n’ont pas d’apport. 

Le problème du logement est également un problème de qualité de vie. Paris est déjà l’une des villes les plus denses au monde avec 21 000 habitants/km2. On ne peut plus densifier Paris de manière irresponsable.

👉 La maire sortante a mené une politique d’affichage, uniquement axée sur le nombre de logements sociaux créés :

Près de 3 milliards d’euros ont été investis en 6 ans dans le logement social pour un résultat décevant. La Ville a privilégié la création de logements sociaux par préemption et conventionnement. Cette politique revient à acheter des appartements à des prix exorbitants pour qu’ils soient transformés en logements sociaux, avec pour conséquence d’accroître la pénurie de logements dans le parc privé et d’encourager l’inflation sur le marché immobilier.

Il est pourtant toujours aussi difficile d’obtenir un logement social : il faudrait plus de 20 ans pour satisfaire toutes les demandes au rythme actuel, ce qui ne permet pas de répondre aux demandes des personnes qui travaillent à Paris, et notamment des professions indispensables aux Parisiens.

👉 Plus de 100 000 logements sont aujourd’hui vacants. Les dispositifs de la Ville ont tous échoué, car elle n’est pas parvenue à restaurer la confiance avec les bailleurs. 

👉 La Ville ne contrôle pas suffisamment les locations de meublés touristiques (type Airbnb), et préfère se défausser de ses responsabilités sur l’État. La loi est pourtant claire : à Paris, on ne peut que louer sa résidence principale, et seulement dans la limite de 120 jours par an. Il s’agit donc de la faire respecter, plutôt que de toucher aux seuils.

Nos propositions

👉 Classes moyennes : les aider à devenir propriétaires à Paris

Le constat est simple : Il est aujourd’hui devenu quasi-impossible d’acheter sa résidence principale sans apport personnel ou familial. C’est une profonde inégalité. Nous devons permettre aux classes moyennes de se loger à Paris, et de bénéficier d’un véritable continuum d’accession à la propriété. 

Nous amplifierons le dispositif de dissociation du foncier et du bâti dans le logement social, permis par la loi Macron. Celui-ci permettra d’acheter à des prix largement inférieurs au marché pour les ménages éligibles. 

Nous devons également nous adresser à tous ceux qui n’accéderont pas au logement social en expérimentant des dispositifs innovants d’accession à la propriété dans le parc privé, en nous appuyant notamment sur les meilleurs pratiques internationales.


👉 Remettre sur le marché les logements vacants ou sous utilisés

1️⃣ La bataille du logement se gagnera à l’échelle du Grand Paris, pas dans les frontières du périphérique. Nous construirons une vraie stratégie métropolitaine du logement avec la métropole du Grand Paris.

2️⃣ Nous ne densifierons pas Paris, mais nous remettrons les logements vacants ou sous-utilisés sur le marché. Il y a plus de 100 000 logements vacants à Paris, et autant de résidences secondaires. C’est une situation absurde. Nous avons des Parisiens qui n’arrivent pas à se loger, et des appartements vides. Les dispositifs actuels ne fonctionnent pas, car les propriétaires n’ont pas confiance et ne veulent pas louer en-dessous des prix du marché. 

3️⃣ Nous lancerons une grande campagne de ciblage des logements vacants. Nous irons rencontrer un à un les propriétaires pour comprendre les raisons de leur réticence à louer, et les inciter à remettre sur le marché leur logement, grâce aux différents dispositifs existants.  

🔹Pour les plus réticents, nous proposerons au besoin le meilleur locataire possible : la Ville. Elle louera directement des logements au prix du marché, s’occupera de leur gestion, et les sous-louera, à coût moindre, à ceux qui en ont le plus besoin.

Ce sont 20 000 logements vacants qui peuvent être récupérés avec un effort massif.

Augmenter l’offre de logement pour les Parisiens passe inévitablement par la lutte contre les locations touristiques illégales qui pénalisent les habitants et ont un effet inflationniste sur le marché. 

4️⃣ Nous doublerons les effectifs dans la lutte contre les locations touristiques illégales et utiliserons tous les fichiers disponibles pour cibler les contrôles. Nous empêcherons aussi de transformer des locaux commerciaux en locations touristiques.

👉 Logement social : une politique équilibrée 

1️⃣ Nous respecterons les objectifs fixés par la loi en matière de logements sociaux en atteignant 25% de logements sociaux en 2025. Mais nous ne viserons pas 30% de logements sociaux en 2030, contrairement à la maire actuelle. Cela ne serait pas atteignable sans bétonner massivement la ville. Cela reviendrait à consacrer toutes les ressources budgétaires sur cet unique objectif, au détriment des autres priorités.

2️⃣ Nous imposerons aux bailleurs sociaux une bien meilleure qualité de service à l’égard des locataires. Il est temps de mettre fin aux scandales des logements sociaux rongés par l’humidité, comme à la porte de Vanves : c’est une honte.

3️⃣ Nous sécuriserons le parc social en investissant 10 millions d’euros supplémentaires par an. 

4️⃣ Nous doublerons le budget consacré par la Ville à la rénovation thermique des logements. 

Il est nécessaire que ceux qui travaillent pour les Parisiennes et les Parisiens au quotidien puissent aussi habiter dans la ville qu’ils font vivre. 

5️⃣ Nous donnerons la priorité à ceux qui travaillent à Paris, notamment ceux qui sont clefs pour le service des Parisiens, pour l’obtention de logements sociaux.

6️⃣ Nous favoriserons les demandeurs souhaitant changer de logement au sein du parc social lorsqu’ils réduisent la surface occupée à la suite, par exemple, du départ de leurs enfants. Cela permettra d’améliorer la rotation dans le parc.

👉 Mobiliser tous les leviers en faveur du logement étudiant :

1️⃣ Nous créerons plusieurs milliers de logements étudiants sur la mandature, en mobilisant tous les outils à notre main, et en particulier les bailleurs parisiens.

2️⃣ Nous développerons une offre labellisée et garantie de logements intergénérationnels, qui s’adresseront en particulier aux étudiants. Chaque année, nous lancerons une grande campagne de promotion, avec les bailleurs, les services sociaux et les associations. La Ville agira comme « tiers de confiance » entre étudiants et personnes âgées. Nous réserverons dans les futures opérations d’aménagement des places pour le logement intergénérationnel.

👉 Lutter contre la grande exclusion.  




































En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour la mesure d'audience (en savoir plus).
OK