Pourquoi Paris ?


Paris ? Ma ville. Là où j’ai grandi.

Je suis née dans le douzième arrondissement un jour de novembre 1962. Et j’ai noué depuis, avec cette ville que j’aime et où je vis depuis toujours, un lien fort : elle a toujours été le socle et le terreau de mon quotidien.

C’est à Paris que j’ai grandi, suivi ma scolarité primaire et secondaire.

À Paris, que j’ai noué mes amitiés les plus solides, celles qui résistent aux épreuves du temps.

À Paris, que j’ai embrassé la vocation d’une vie : la médecine.

Paris ? Ma ville. Là où je me suis "élevée".

Je me souviens comme si c’était hier de la fin des années 1980, des heures passées comme interne dans les différents hôpitaux de la capitale, à gérer les urgences, à soigner les patients.

Je me souviens de la fin des années 1990 et du début des années 2000, des premiers postes comme professeure et praticienne à l’université Descartes et à l’hôpital Necker, dans ce quinzième arrondissement que j’aime tant.

Et si j’ai occupé depuis des responsabilités nationales comme présidente de l’Institut national du cancer, présidente de la Haute autorité de santé, puis ministre des Solidarités et de la Santé, je n’ai jamais cessé d’aimer cette ville où j’ai construit ma vie professionnelle, familiale, ma vie de femme, et où j’ai élevé mes enfants

Paris ? Ma ville. Là où je me suis forgée.

Je ne serais jamais devenue qui je suis sans les formidables opportunités offertes ici, les rencontres que j’ai faites dans les différents arrondissements, les liens que j’y ai tissés. Sans ces valeurs éternelles de générosité, de solidarité et d’ouverture que le contact des Parisiennes et des Parisiens n’a jamais cessé de m’insuffler.

Ma carrière ? Je l’ai construite grâce aux Parisiennes et aux Parisiens, au bouillonnement, à l’effervescence, à l’énergie qui les caractérisent. A leur confiance.

Mon engagement pour les plus vulnérables, pour la justice, pour le progrès ? Je l’ai forgé auprès des Parisiennes et des Parisiens, et du formidable tissu associatif qui anime notre cité.

Oui, Paris, son histoire, ses valeurs, coulent dans mes veines.

Paris ? Ma ville. Là où je veux m’engager.

Depuis quelques années, je souffre de voir notre ville malmenée : défigurée par des travaux inutiles, altérée par la saleté, congestionnée par la circulation, étouffée par la pollution. Je souffre de voir la qualité de vie des Parisiennes et de Parisiens se dégrader, les incivilités se multiplier. Maire de Paris, le quotidien sera ma priorité. Assurer la sécurité des quartiers, agir pour la propreté des rues, retrouver des services publics dignes de ce nom, faire respirer la ville : des priorités concrètes et simples. Retrouver une qualité de vivre, pour toutes et tous.

Je souffre aussi de voir notre ville se standardiser, les familles et les couches populaires quitter la ville, l’effervescence culturelle se dissoudre. Au fond, l’âme de Paris risque de se dissoudre. Avec mon équipe, nous mettrons tout en œuvre pour renouer avec cette part d’audace, de folie et de rêve qui marque notre cité depuis toujours.

Ma candidature est celle d’une Parisienne de toujours.

Je veux aujourd’hui rendre à Paris un peu de ce qu’elle m’a donné.

Agnès Buzyn
Candidate à la mairie de Paris
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour la mesure d'audience (en savoir plus).
OK